Actualités de l'association de défense des victimes du Médiator et de l'Isoméride (AVIM)

Mediator : les victimes et Servier « pas sur la même planète »

20minutes.fr, lundi 28 mars 2011, par Vincent Vantighem

SANTE - Le laboratoire a expliqué dimanche qu'il n'assumerait pas seul les préjudices financiers ...


En un peu plus d'un mois, le discours de Servier a changé. Alors qu'il se déclarait prêt à « assumer [ses] responsabilités à l'égard des patients » le 10 février dernier, le laboratoire a fait savoir, dimanche, qu'il refuserait « d'assumer seul tous les préjudices financiers » liés au scandale du Mediator.


Réunion au ministère

Le premier émoi des victimes passé, l'affaire Mediator a pris, aujourd'hui, un virage essentiellement financier. Et les négociations autour du fonds d'indemnisation sont âpres. Dimanche, dans Le Journal du Dimanche, Xavier Bertrand expliquait qu'il trouvait le projet actuel d'indemnisation de Servier « inacceptable ». Le ministre de la Santé doit justement recevoir, lundi matin à 11h, les associations de victimes. Il leur rappellera sûrement qu'il attend une « offre définitive » de la part de Servier d'ici à la fin de la semaine. Mais ce n'est pas gagné. « On n'est pas sur la même planète que Servier, lâche, fataliste, Dominique Courtois, président de l'Association des victimes de l'Isoméride et du Mediator. Nous voulons que les premières indemnisations tombent au début 2012. Servier, lui, a tout intérêt à ce que les choses traînent. Je crains que l'on n'arrive pas à obtenir une prise en charge satisfaisante. »


Selon nos informations, Servier a bien provisionné 280 millions d'euros en 2008 et 2009 en prévision des indemnisations à venir. Mais il ne semble pas prêt à lâcher du lest pour autant.


« Il faudra être patient »

Jusqu'ici, les négociations ont achoppé sur deux points, jugés essentiels par les associations. Le laboratoire est ainsi d'accord pour indemniser le préjudice physique des malades, mais pas les conséquences morales ou professionnelles de la prise du médicament. Surtout, Servier souhaite imposer un délai de six mois pour déposer les demandes d'indemnisation à partir du moment où le fonds serait créé. « Trop court », selon Xavier Bertrand. « J'ai croisé le fer avec Servier pendant dix ans, rappelle Dominique Courtois. Je pense qu'il nous faudra être patient. »


Tags: mediator, préjudices financiers, avim, Docteur Dominique Courtois, médicament, laboratoires servier, valvulopathie, hypertension artérielle pulmonaire



Association de Victimes de l'Isoméride et du Mediator - Conditions Générales d'Utilisation © AVIM v2.9.7